L’HUILE D’ARGAN

Classé dans : PRODUITS DU TERROIR | 0
Arganier dans le Souss
Arganier dans le Souss

L’huile d’argan est une huile naturelle issue du fruit de l’arganier, une plante, endémique du Maroc qui couvre environ 830.000 ha au Maroc, environ 20 millions d’arbres classés. Elle pousse dans les régions arides et semi-arides du sud-ouest du Maroc, le long de la côte atlantique entre Goulmime et Essaouira, dans la plaine du Souss, et dans l’Anti-Atlas (Tafraout). C’est une espèce protégée par l’UNESCO depuis 1999 et la foret qui s’étend d’Agadir, à Essaouira en passant par Taroudant, est classée réserve de la biosphère mondiale en raison de son rôle de « rempart » contre la désertification.

Aire de répartition de l'arganier
Aire de répartition de l’arganier

PROPRIETES

Les premières traces écrites de son usage remontent au Xe siècle. Il existe deux types d’huile, selon que les amandes sont, ou pas, torréfiées avant utilisation. La version alimentaire, plus sombre et au goût plus prononcé après la torréfaction, s’utilise comme une huile habituelle, mais ne doit pas être portée à haute température. Si, comme l’huile d’olive, elle renferme 80 % d’acides gras insaturés, elle est beaucoup plus riche en acide linoléique. Cet acide gras « essentiel » de la famille des oméga-6, qui n’est pas synthétisé par l’organisme, joue un rôle très important dans le métabolisme des lipides et du cholestérol. En raison de l’importance de ses composés nutritionnels doués d’activités antioxydantes, comme les polyphénols, les carotènes, les vitamines A, C et E, l’argan bénéficie d’une grande attention en prévention des risques cardio-vasculaires. Parmi ses autres qualités : il nourrit le cerveau, draine le foie, réduit l’hypertension et le diabète.

L’huile d’argan cosmétique agit contre le dessèchement et le vieillissement de la peau en restaurant le film hydrolipidique.

MODES DE FABRICATION

Traditionnellement, l’huile d’argan est fabriquée de la manière suivante : débarrassées de leur écorce, les noix sont concassées à la main pour en extraire les amandons, qui sont torréfiés avant d’être broyés. Cette dernière opération se fait à l’aide de petites meules de pierre actionnées manuellement, et permet d’extraire une pâte épaisse. Mélangée à de l’eau et malaxée, cette pâte forme une galette que les femmes pressent pour en extraire l’huile. Dans la plupart des villages ruraux du Pays de l’Argan, les femmes fabriquent à domicile, de l’huile d’argan en petites quantités, selon des méthodes manuelles traditionnelles.

Certaines étapes laborieuses, comme le broyage des amandons et l’extraction de l’huile, ont été mécanisées. Non seulement cela a-t-il pour effet d’accélérer le processus, mais cela permet d’obtenir une huile de meilleure qualité, qui se conserve deux fois plus longtemps, en produisant moins de déchets. Une opération clé, le cassage des coques des noix d’argan entre deux pierres, se fait toujours à la main

UN PRODUIT SENTINELLE SLOW FOOD

La Sentinelle est née en 2001 grâce aux efforts de l’association Ibn Al Baytar. Elle a permis, entre autres, l’organisation de plus de 2000 femmes en coopératives et leur accompagnement par des cours d’alphabétisation de base mais aussi professionalisante pour la bonne gestion de leurs coopératives. L’organisation de la filière, l’accès au cours d’alphabétisation a permis aux femmes de l’arganeraie, détentrice d’un savoir faire traditionnel, un accès direct au marché nationale et international. Pour les productrices d’argan, la récolte des fruits, le concassage des noyaux et l’extraction de l’huile sont des événements sociaux. Elles se réunissent, suivent des cours, apprennent à lire et à écrire.

DERNIER REMPART CONTRE LA DESERTIFICATION

D’abord parsemés sur le flan des collines du littoral, les arganiers se constituent en forêts plus denses à mesure que l’on s’avance vers l’intérieur du pays. Si le paysage du sud-ouest marocain est amené à voir disparaître ses arganiers, de lourdes conséquences écologiques pourront se faire sentir, car les arganeraies constituent le dernier « rideau vert » contre la désertification. En effet, cet arbre aussi vieux que les premiers peuplements humains de la région a de très denses et profondes racines qui protègent les sols de l’érosion. Les racines souterraines font en moyenne vingt fois la taille de la partie aérienne de l’arbre. Les racines primaires les plus profondes permettent aux arbres de puiser dans les nappes phréatiques et les racines secondaires de lutter contre l’érosion hydrique.           De l’arganier dépend tout un patrimoine génétique, que ce soient des espèces animales, végétales et microbiennes. L’ensemble que forme cet écosystème constitue un équilibre dans lequel l’arganier joue un rôle prépondérant.

 

LES COOPERATIVES

L’association Ibn Al Baytar a été l’agent catalyseur à l’origine de l’amélioration des techniques de production de l’huile d’argan et de la création de coopératives.

Le système coopératif permet aux femmes de vendre elles-mêmes directement leur produit, au sein d’une unité de production vouée à redistribuer équitablement les gains. Grâce au travail au sein des coopératives, les femmes ont des possibilités qu’elles n’ont pas dans l’unité de production familiale. Elles sont plus indépendantes des hommes et obtiennent un « statut » de travailleuse en plus de leur statut de femme au foyer. Cela leur vaut un plus grand respect des autres membres de la communauté. Par ailleurs, ces femmes sont rémunérées : le revenu tiré de la production leur revient en personne, et non au chef de famille.